Pression artérielle : Définition, causes, symptomes et traitement

Controler la pression artérielle

La pression artérielle est la pression exercée par le sang sur la paroi des artères.

Le cœur c’est un peu la pompe du corps, chaque contraction crée une augmentation de la pression artérielle en envoyant du sang à travers le système cardio-vasculaire et distribuer ainsi l’oxygène sanguin dans l’organisme.. Son rôle est de trouver la bonne pression en fonction de l’élasticité des vaisseaux des parois.

  • Si les vaisseaux sont trop fins et trop raides, le cœur devra s’activer en permanence ce qui le conduira à s’essouffler plus rapidement.
  • Si les vaisseaux sont trop souples et trop épais, le nombre de battements sera plus élevé car il aura des difficultés pour maintenir une pression constante dans les vaisseaux.

Les conséquences externes d’une pression artérielle trop basse ou trop élevée sont par exemple des caillots de sang ou des varices, des plaques d’athérome. Les vaisseaux deviennent moins souples, diminuent de calibre et finissent par se boucher (thrombose). Les artères les plus menacées sont les artères coronaires qui apportent le sang au muscle cardiaque, les artères du cerveau et les artères des jambes.

L’idéal est une élasticité normale des artères, de manière à ne pas forcer le cœur à battre trop fort ni trop vite et donc éviter de se fatiguer.

Le sang délivré met les artères sous pression, ce que l’on mesure en  millimètres de mercure (mmHg) ou en centimètres de mercure (cmHg).

On distingue deux valeurs dans la pression artérielle:

  • La pression systolique que l’on peut décrire comme le cœur qui pousse. C’est la pression maximale relevée lorsque  le cœur se contracte et diffuse le sang dans les artères. Le passage pour le sang est insuffisant ce qui crée des variations qui donnent la mesure.
  • La pression diastolique est obtenue lorsque que le brassard se dégonfle. Les variations disparaissent. C’est la pression minimale relevée lorsque le cœur se dilate dans l’intervalle de deux contractions. Le sang commence à ralentir sérieusement, la pression est faible.

Qu’est ce qu’une tension normale ?

La tension artérielle s’exprime par la systolique – contraction du cœur et la diastolique – décontraction du cœur. On mesure au repos la tension pour déceler une éventuelle hypertension artérielle. Une tension élevée pourra augmenter le risque de maladies cardiovasculaires.

La tension peut varier de manière importante, elle n’est jamais constante en fonction des heures du jour et de la nuit, que l’on est couché ou non, ou encore que l’on pratique un exercice physique. On la considère comme normale si elle est inférieure à 14/9 cmHg, l’idéal étant 12/8.

Plus précisément on atteint l’hypertension artérielle lorsque :

  • la pression systolique est supérieure à 14
  • la pression diastolique est supérieure à 9
  • les pressions systoliques et diastoliques sont toutes deux hors des moyennes

Il existe une classification de type d’hypertension crée par l’organisation mondiale de la santé et qui met en lumière différents échelons d’hypertension. On note :

  • L’hypertension faible
  • L’hypertension modérée
  • L’hypertension sévère
  • La tension normale
  • La tension haute normale
  • La tension optimale.

Les causes de l’hypertension artérielle

Certains facteurs peuvent expliquer une tension artérielle forte, tout en étant conscient qu’il est toujours compliqué de trouver une cause précise à une hypertension artérielle. Cependant, certains facteurs peuvent favoriser son apparition.

L’hygiène de vie comporte des éléments susceptibles de faire augmenter la valeur de la tension artérielle :

  • Une alimentation riche en sel, et pauvre en fruits et légumes ;
  • Une consommation trop importante d’alcool ;
  • La consommation excessive de réglisse ;
  • Une activité physique insuffisante ;
  • Un excès de poids ;
  • Le tabac ;
  • Une vie stressante.
  • L’âge : le risque d’hypertension artérielle augmente avec l’âge.

L’impact de la pression artérielle sur notre corps

La pression artérielle peut concerner différents types d’artères qui entraînent des complications plus ou moins sérieuses. Celles qui irriguent le cerveau et le cœur sont les plus couramment concernées. Plus rares, celles liées au rein mais qui peuvent entraîner des complications pouvant aller jusqu’à la dialyse.

Selon l’OMS, plus de 60 % des accidents vasculaires cérébraux proviennent d’une pression artérielle trop élevée.

De la même manière la pression artérielle fait travailler davantage le cœur afin de garantir un débit sanguin constant pouvant aller jusqu’à l’insuffisance cardiaque.

Ces différentes complications sont rarement immédiates. La gravité de l’hypertension est liée à ses conséquences à long terme sur les différents organes. Seules des poussées hypertensives caractérisées par une augmentation brutale de la pression artérielle peuvent entrainer des malaises, des maux de tête violents ou encore des difficultés à respirer nécessitant une prise en charge rapide.

Les variations de la pression artérielle

La pression artérielle peut varier selon divers facteurs tel que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le poids de la personne, la grossesse, les saisons,l’activité physique.

Un facteur prédominant et souvent oublié: l’heure de la journée. La pression artérielle varie en fonction du moment de la journée. Elle descend graduellement pour atteindre son point le plus bas durant la nuit en parallèle avec une baisse du rythme cardiaque.

Elle diffère également selon les saisons. La pression artérielle est plus élevée en hiver qu’en été et est fonction de la baisse des températures. Pour contrôler votre pression artérielle, nous vous invitons à lire notre comparatif des meilleurs tensiomètres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *